Une approche différente pour des investissements différents … 

Comment comparer des investissements illiquides comme l’immobilier et la dette privée, avec des classes d’actifs traditionnels comme les actions et les obligations ? Sans négociation quotidienne possible, pas de données régulières et des indices de référence intégrant tous ces types d’actifs illiquides avec une faible périodicité des données de performances et risques, alors même que le secteur n’a pas encore convenu d’une méthode pour estimer une allocation optimale en fonction des objectifs des investisseurs.

...afin de fournir des résultats différents

Découvrez les réponses dans notre dernier article dans lequel nous vous expliquons notre point de vue sur le calibrage de l’exposition optimale aux actifs illiquides pour des portefeuilles diversifiés globaux. Une approche adaptée peut être synonyme de bien des avantages potentiels pour votre portefeuille : une meilleure diversification, un couple risque-rendement supérieur et une plus grande probabilité d’obtenir un meilleur rendement.

Performance des indices des actifs illiquides

Illiquids White Paper.png

Source : Rendements mensuels des indices de capitaux privés (Preqin), 2021.

Une due diligence indispensable

Comme le montre notre graphique, les actifs illiquides ont obtenu de très bonnes performances au cours des dernières années, supérieures à celles des actions mondiales. Toutefois, les rendements mensuels masquent souvent une forte volatilité et une corrélation sous-estimée avec les autres classes d’actifs. Une évaluation minutieuse du profil de risque/rendement de ces actifs est donc essentielle.

Par où commencer le calibrage des allocations en actifs illiquides ? Découvrez les éléments clés de ce processus, pourquoi ils sont importants et comment ils s’articulent les uns par rapport aux autres :

  • La situation de l’investisseur et ses objectifs à long terme
  • Les prévisions des variables microéconomiques et financières ainsi que les risques cachés
  • Les projections de rendements espérés et de réduction des risques une optimisation selon le modèle mean-variance (Markowitz).
  • La modélisation des rendements pour différents types de portefeuilles multi-actifs, en fonction des niveaux de risque (conservateur, équilibré et dynamique)
  • L’impact des allocations illiquides en fonction de leur pondération, sur la volatilité globale du portefeuille

Tous ces termes mathématiques ne vous parlent pas trop ? Notre article peut vous aider et Notre équipe de Service clientèle également.

Veuillez noter que les risques associés aux stratégies illiquides comprennent : le risque de perte de capital, le risque d’illiquidité, le risque d’absence de prix et de valorisations, le risque de crédit et le risque de change.

Ce document est fourni uniquement à des fins d’information et d’éducation et peut contenir l’opinion de Candriam ainsi que des informations exclusives. Les opinions, analyses et points de vue exprimés dans ce document sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent en aucun cas une offre d’achat ou de vente d’instruments financiers, ni une recommandation d’investissement, ni une confirmation d’une quelconque transaction. Bien que Candriam sélectionne soigneusement les données et les sources utilisées, des erreurs ou omissions ne peuvent être exclues a priori. Candriam ne saurait être tenue responsable des dommages directs ou indirects résultant de l’utilisation de ce document. Les droits de propriété intellectuelle de Candriam doivent être respectés à tout moment et le contenu de ce document ne peut être reproduit sans autorisation écrite préalable.

Avertissement : Les performances passées d’un instrument financier, d’un indice ou d’un service d’investissement, ou des simulations de performances passées, ou des prévisions de performances futures, ne sont pas des indicateurs fiables des performances futures. Les performances brutes peuvent être influencées par des commissions, redevances et autres charges. Les performances exprimées dans une autre monnaie que celle du pays de résidence de l’investisseur subissent les fluctuations du taux de change, pouvant avoir un impact positif ou négatif sur les gains. Si ce document fait référence à un traitement fiscal particulier, une telle information dépend de la situation individuelle de chaque investisseur et peut évoluer.