15 DÉC.

2017

Fixed Income , Asset Class

Préférence pour l’euro, la nouvelle valeur refuge ?

STRATEGIE DEVISES

Le différentiel de croissance entre les États-Unis et la zone euro, ainsi qu’un déficit extérieur courant plus favorable, incite clairement à surpondérer la monnaie unique par rapport au billet vert. Nous estimonsque la juste valeur de l’euro par rapport au dollar américain se situe à 1,25. Au vu du comportement protectionniste et de « repli sur soi » des États-Unis et du Royaume-Uni, associé à un risque politique grandissant, les investisseurs semblent également voir dans la zone euro une région plus stable et attrayante, qui les incite à accorder une place de choix à l’euro. L’alliance Macron-Merkel semble inspirer une plus grande confiance que les administrations Trump et May. Le positionnement des investisseurs s’est ainsi fortement tourné vers l’euro ces derniers mois et cette tendance devrait se poursuivre. Cet environnement devrait également encourager les investisseurs de la zone euro à retenir l’euro comme devise privilégiée de financement, dans le cadre notamment de leurs investissements sur les marchés du crédit et de la dette émergente.

Devises émergentes : avis positif à moyen terme

Nous restons positifs à moyen terme sur les devises émergentes, tout en nous attendant à une volatilité accrue d’ici la fin de l’année. Les devises émergentes ont rebondi en 2017 grâce à la solide dynamique de croissance des marchés émergents, à des valorisations attractives à long terme et à une croissance mondiale plus synchronisée, qui s’étend maintenant à la zone euro et au Japon. Cette tendance devrait se poursuivre, malgré la volatilité qui risque d’accompagner la normalisation des politiques monétaires et l’allègement des bilans sur les grands marchés tels que les États-Unis ou la zone euro. Nous faisons de nouveau preuve de sélectivité tout en conservant un avis positif à moyen terme sur les devises liées aux matières premières, telles que le réal brésilien, le ringgit malaisien ou le rouble russe. Ces devises à taux de portage plus élevé devraient en effet surperformer en raison d’un rendement réel plus élevé et de positions extérieures relativement solides. Cela est en partie compensé par une sous-pondération structurelle du yuan chinois, qui devrait continuer de se déprécier à moyen terme en raison de la libéralisation du compte de capital et du ralentissement de la croissance chinoise.