02 JUIL.

2019

Macro , Thèmes

Mexique : une économie très dépendante des Etats-Unis

La menace, il y a quelques semaines, du Président américain de mettre des droits de douane sur tous les produits en provenance du Mexique (une taxe de 5 %, à partir du 10 juin, destinée à augmenter progressivement chaque mois jusqu’à 25 % le 1er octobre), a rappelé la vulnérabilité du Mexique. Au fil des ans, le pays s’est en effet rendu très dépendant de son voisin américain : près de 80 % de ses exportations sont à destination des seuls Etats-Unis et compte tenu de son taux d’ouverture, ces exportations représentent près de 30 % de son PIB (graphique 2). Le Mexique est, avec le Vietnam, de loin le pays le plus vulnérable à une hausse de droits de douane américains : la valeur ajoutée manufacturière qui satisfait la demande finale américaine représente plus de 5% de son PIB (graphique 3).

On comprend dès lors l’impact très négatif qu’aurait eu une hausse des droits de douane sur la croissance du pays.  Dans un contexte où la croissance du PIB a déjà nettement faibli, le Mexique serait certainement entré en récession (graphique 1). Très vite, Andrés Manuel Lopez Obrador, le Président du Mexique n’a donc eu d’autre choix que de jouer l’apaisement en envoyant 6 000 hommes de la Garde nationale à la frontière sud pour endiguer le flux de réfugiés en provenance d’Amérique centrale et du sud. L’accord conclut avec les Etats-Unis n’écarte toutefois pas définitivement la menace de droits de douane. Si le nombre de migrants ne baisse pas suffisamment, Donald Trump l’a rappelé, la menace pourrait à nouveau être brandie…