29 JUIN

2017

Corporate , Environment, Social and Governance , SRI

Candriam rejoint un programme de reporting RH

Dans le souci de garantir une comparabilité optimale des entreprises cotées en bourse, Candriam Investors Group a décidé de se joindre à un programme de reporting RH (Workforce Disclosure Initiative* ou WDI), qui sera officiellement lancé fin juin 2017. Dans le cadre du travail quotidien des équipes d'analyse ISR, l'étude des informations divulguées par chaque entreprise joue naturellement un rôle central et l'absence d'indicateurs harmonisés constitue un obstacle majeur à la juste comparaison des stratégies et performances des entreprises. 

Au cours de la dernière décennie, le marché s'est concentré sur l'harmonisation du reporting concernant la gouvernance et l'empreinte carbone. En revanche, l'information RH a quelque peu été oubliée... Il a été démontré que le bien-être des travailleurs au sein d'une entreprise (ainsi que de sa chaîne d'approvisionnement) et l'adéquation de sa politique RH aux défis actuels ont un impact net positif sur sa performance financière, en raison de l'incidence de ces facteurs sur sa réputation (capacité d'attirer et de conserver les talents et les clients) et / ou sur son exploitation (réduction du coût du recrutement et de la rotation du personnel, et motivation et qualité de service accrues). 

C'est pourquoi le bien-être au travail figure, depuis 2015, parmi les 3 convictions clés choisies par Candriam, les 2 autres étant la transition énergétique et l'intégrité. Concrètement, ceci signifie que ces 3 thématiques emportent notre préférence lorsqu'il s'agit de nous impliquer dans une entreprise et pour l'année 2016, le bien-être au travail arrive en tête dans nos engagements. 

Le respect du capital humain fait naturellement partie intégrante de la responsabilité sociétale de chaque entreprise et cette thématique gagne en importance, notamment sous l'impulsion du Programme de développement durable à l'horizon 2030 de l'ONU et de ses 17 objectifs. Le reporting joue ici un rôle essentiel, puisqu'il est le seul moyen dont dispose le grand public (et les investisseurs) pour déterminer si une entreprise prend effectivement en compte ce type de thématique dans sa stratégie. 

Côté législation, la loi française sur le devoir de vigilance des entreprises et la loi britannique sur l'esclavage moderne (Modern slavery act) appuient également la tendance. Les initiatives sur base volontaire se font de plus en plus nombreuses : le Corporate Human Rights Benchmark (indice RH), qui s'appuie sur les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme de l'ONU, et les règles de reporting recommandées par la Sustainable Stock Exchanges Initiative (dont plus de 40 bourses partenaires ont publié des recommandations ou se sont engagées à le faire) en sont deux exemples. 

 Chez Candriam, nous sommes convaincus que le temps est venu d'harmoniser le reporting RH et que la WDI peut remplir ce rôle. Ce programme a en effet pris pour modèle le Carbon Disclosure Project et réunit des investisseurs institutionnels afin de travailler à la comparabilité du reporting RH annuel des entreprises cotées. Les données requises couvriront les collaborateurs de toutes les implantations d'une entreprise dans le monde, de même que de sa chaîne d'approvisionnement. Durant l'année pilote du projet, cette dernière sera limitée aux principaux fournisseurs de niveau 1, et l'enquête couvrira le FTSE 50 ainsi que 25 autres sociétés cotées sur les bourses mondiales. Les signataires disposeront d'un accès exclusif aux données générées, à des analyses détaillées des tendances et à des comparaisons sectorielles. 

 

* La Workforce Disclosure Initiative est un programme lancé par ShareAction en collaboration avec Oxfam et financé par le département britannique pour le développement international (Department for International Development).