20 AOÛT

2018

Absolute Return , Asset Class

Le calme après la tempête

Le mois de juillet a été marqué par un véritable retour au calme suite à l’agitation suscitée par les tensions commerciales en juin. Soulagés par l’absence de sanctions commerciales entre les États-Unis, l’Europe et les autres pays de l’ALÉNA, les investisseurs se sont davantage exposés au risque. Concernant la Chine, le gouvernement a assoupli sa politique sur les plans monétaire et budgétaire. Enfin, les prix des matières premières industrielles ont continué de diminuer.

En juillet, le S&P 500 a gagné 3,60 % et l’indice Philadelphia Semiconductor a progressé de 4,09 %, compensant les pertes subies en juin. L’indice NASDAQ a atteint un nouveau sommet et a terminé le mois en hausse de 2,15 % malgré la performance médiocre de Facebook et Netflix, qui ont cédé 11,18 % et 13,77 %, respectivement. Le secteur mondial de la technologie a surperformé durant le mois et s’est maintenu en tête du S&P 500, alimentant l’excellente performance enregistrée en juin.

Sur le front des devises, le dollar a continué de s’apprécier quelque peu, notamment par rapport aux autres monnaies du G7.

Dans les pays développés comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Europe occidentale, le cours des actions a augmenté parallèlement aux rendements des emprunts d’État. Au Japon, les taux à 10 ans ont également monté de 3 pb (passant de 2,2 pb à 5,2 pb).

Aux États-Unis, le spread entre la courbe des taux à 2 ans et à 10 ans a atteint un plancher record de 24 pb le 17 juillet et a terminé le mois à 29 pb. De manière générale, la courbe des taux américains continue de se stabiliser.

L’indice HFRX Global Hedge Fund EUR s’est replié de 0,41 % au mois de juillet.

Stratégie Long Short Equity

La stratégie s’est bien comportée en juillet, soutenue par la dynamique favorable des indices actions. Les gérants européens ont enregistré des résultats faibles mais positifs, tandis que leurs homologues américains ont bénéficié de tendances positives dans les secteurs des semiconducteurs et d’Internet. Le secteur de la santé s’est bien tenu également, les craintes entourant la tarification des médicaments aux États-Unis s’étant dissipées. La vente à découvert est restée une manœuvre délicate à entreprendre durant le mois. Nous pensons qu’un contexte de pentification des taux d’intérêt devrait favoriser la génération d’alpha issu de positions courtes.


Stratégies Global Macro

D’après une étude récente de Morgan Stanley, les gérants Global Macro considèrent généralement la volatilité, l’intervention des banques centrales et la hausse des taux comme des facteurs positifs. À l’inverse, les facteurs géopolitiques représentent le principal frein. Les gérants ont généralement démontré leur capacité à générer des rendements via des positions vendeuses en Turquie et en Chine.


Stratégies Quant

Les stratégies directionnelles ont enregistré des rendements négatifs, notamment celles qui présentent une forte exposition aux matières premières. Les rendements dégagés par cette stratégie durant le mois ont été relativement disparates. L’indice Société Générale CTA s’est replié de 1 % et certains fonds ont perdu plus de 15 % depuis le début de l’année. Parallèlement, les stratégies quantitatives en actions se sont révélées globalement stables au cours du mois, certains fonds ayant souffert de la correction du cours des actions à fort momentum.

 

Arbitrage de produits de taux

Nous avons maintenu inchangée notre allocation à l’arbitrage de produits de taux. Les rendements des gérants étaient soit inchangés soit positifs selon le positionnement régional. La volatilité très limitée des taux d’intérêt et le positionnement stable des investisseurs sur les marchés obligataires du G3 sont globalement moins favorables à la stratégie.

Nous avons toutefois maintenu notre allocation au segment en raison de sa convexité positive.

Depuis le début de l’année, tous les gérants de cet univers ont généré de solides rendements corrigés du risque, tout en présentant une exposition positive à la volatilité.

 

Marchés émergents

Alors que les tensions relatives aux droits de douane entre les États-Unis et la Chine ont maintenu toutes les classes d’actifs sous pression en Asie, l’Amérique du Sud a affiché des performances solides sur les marchés des actions et des obligations.

Si l’issue de ce conflit commercial a un impact globalement négatif, le net recul des prix résultant de la politique de Donald Trump se présentera comme une opportunité à un moment donné.

Les rendements des gérants relevaient clairement de leur positionnement régional.

 

Arbitrage de risque – Event driven

Les stratégies d’arbitrage de fusion ont connu des difficultés en juillet. L’impact de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a profondément affecté la performance de la stratégie suite au projet d’acquisition avorté de NXP Semiconductors par Qualcomm. Le secteur des technologies de mesure à haute fréquence était très exposé à cette opération et la renonciation annoncée le 25 juillet a entraîné un creusement des spreads dans d’autres situations.

Toutefois, les perspectives du deuxième semestre restent prometteuses pour l’arbitrage de fusions et aquisitions. Les transactions en cours reposent globalement sur des arguments stratégiques forts, avec un engagement ferme de la part des acheteurs.

 

Entreprises en difficulté

Le cycle de crédit devrait bientôt arriver à son terme, les taux de défaut et les spreads avoisinant leurs plus bas historiques. Néanmoins, nous surveillons au plus près les gérants « Distressed Securities » au regard de leur potentiel de performance élevé, mais restons globalement sur la touche.

Un nombre croissant de hedge funds américains spécialisés dans les actifs décotés commencent à lever des fonds dans l’anticipation d’un nouveau ralentissement économique.

 

Stratégie Long Short Crédit & High Yield

Le niveau étroit des spreads allié au contexte de faible volatilité en dépit de flux de capitaux importants vers cette classe d’actifs conforte notre opinion négative vis-à-vis de cette stratégie