29 OCT.

2018

Asset Allocation , Asset Class

Acheter à un niveau plus bas

Les actions internationales ont poursuivi la correction initiée début octobre. La nervosité des investisseurs a augmenté en raison d’un pic de bénéfices probable, de l'augmentation plus rapide des taux aux États-Unis, de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et de la faiblesse du secteur manufacturier européen. Dans ce contexte, nous continuons à gérer les différents aspects de notre scénario constructif à moyen terme qui, bien que n'ayant pas été touché, est fragilisé par l'augmentation des risques.

 

1. CONTEXTE MACROÉCONOMIQUE

Depuis le début de l'année, l'économie américaine a enregistré une croissance plus rapide que les autres économies développées. À l'exception des investissements dans l'immobilier résidentiel, pratiquement tous les moteurs économiques tournent à plein régime. La confiance des consommateurs et des entrepreneurs atteint un niveau élevé, les salaires progressent lentement et les investissements des entreprises progressent fortement, même si l'on tient compte du moins bon résultat du mois passé. Malgré les tensions politiques, nous prévoyons toujours une croissance proche de 3 % en 2018, qui devrait retomber à 2,6 % en 2019 du fait de la disparition progressive des réformes fiscales et de la hausse des taux.

L'économie de la zone euro présente une image plus mitigée, en particulier après la publication, la semaine passée, des données préliminaires de l'indice PMI manufacturier, qui a reculé au-delà des attentes, indiquant une croissance annualisée du PIB d'un petit 1,6 % au début du quatrième trimestre. Jusqu'à présent, les chiffres bruts sont toutefois restés encourageants, la demande intérieure est soutenue, mais les exportations et la production industrielle faiblissent, impactées par la dégradation de l'environnement international et les nombreux risques. L'éventualité d'une augmentation des tarifs douaniers pour le secteur automobile et d'un Brexit dur et l'attitude conflictuelle du gouvernement italien pourraient toucher notre scénario modérément optimiste d'une croissance atteignant 2 % cette année et 1,8% en 2019.

Alors que certaines économies émergentes (Turquie, Argentine) ont été poussées dans la récession pour des raisons avant tout domestiques, d'autres résistent mieux, malgré le resserrement des liquidités en dollars. L'escalade de la guerre commerciale et les tensions politiques entre la Chine et les États-Unis, qui affectent la croissance économique en Chine, ont poussé les autorités chinoises à assouplir leur politique monétaire et fiscale afin de soutenir l'activité domestique. Ce soutien devrait porter ses fruits dans les mois à venir et favoriser la stabilisation d’une grande partie des marchés émergents.

En résumé, nous prévoyons :

  • Une croissance économique proche de 3 % cette année, reculant à 2,6 % en 2019.
  • Une stabilisation de la croissance économique chinoise au-delà de 6 %, cette année et la suivante, grâce à la politique de soutien.
  • Une croissance de la zone euro qui tient le cap, à 2 % cette année et 1,8 % l'année prochaine, même si l'économie de la région reste exposée à de nombreux risques politiques.

 

 

2. REVENUS & VALORISATIONS

Entretemps, la saison de publication des résultats a avancé, 32 % des sociétés du S&P 500 ayant publié, à ce jour, des résultats réels pour le troisième trimestre. Près de 85 % affichent une croissance des bénéfices meilleure qu'attendue, au-dessus de la moyenne sur cinq ans avec, jusqu'ici, une croissance globale des bénéfices de 23 % en glissement annuel. Les perspectives des entreprises sont toutefois plus prudentes pour l'année à venir, les marges bénéficiaires pouvant être mises sous pression par la hausse des coûts des intrants et des taux. Si l'on tient compte de la croissance des bénéfices attendue l'année prochaine, et malgré une certaine pression sur les marchés, elle devrait rester positive.

En Europe, où il est toutefois trop tôt pour tirer des conclusions alors que moins de 40 entreprises du Stoxx 600 ont, jusqu'ici, publié leurs résultats, environ 45 % des résultats annoncés dépassent les attentes des analystes selon Reuters. Depuis 2011, dans un trimestre typique, 50 % contredisent les estimations des analystes.

Entretemps, les valorisations sont raisonnables et pourraient servir de tampon pour les marchés d'actions. Après la récente correction et dans la perspective de la croissance des revenus, le marché d'actions américain cote à environ 16 fois les bénéfices attendus pour les douze prochains mois, alors que la valorisation des actions des marchés émergents et de la zone euro, en particulier, est attrayante. 

En général, nous pensons que :

  • Les résultats positifs à court terme viennent des bénéfices supérieurs aux attentes du troisième trimestre aux États-Unis.
  • Les valorisations sont attrayantes et pourraient servir de tampon pour les marchés d'actions.

 

3. ANALYSE TECHNIQUE DU MARCHÉ

Les marchés d'actions sont, à l'évidence, en mode correction.  Selon BoFaML, 63 % des actions globales sont dans un marché à la baisse (contre 70 % aux indices les plus bas en 2011 et 2016). Si les fondamentaux restent bien orientés, nous pourrions être proches d'un point d'entrée intéressant à court terme. Notre analyse technique le confirme en montrant  que nous sommes proches de certains éléments clés qui pourraient susciter une réaction positive. 

De façon générale :

  • Les marchés d'actions sont proches de certains éléments clés et pourraient afficher une réaction positive à partir du niveau actuel.
  • Nous continuons à surveiller le niveau actuel car une rupture à la baisse pourrait nous amener à adapter notre stratégie à court terme.

 

4. RISQUES

La volatilité a déjà augmenté ces dernières semaines, l'indice Vix s'établissant à près de 25 % (contre 11 % fin septembre), un niveau élevé auquel il pourrait se maintenir puisque les moteurs potentiels de volatilité ne manquent pas, comme la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, l'éventualité d'une confrontation entre l'Europe et l'Italie, le pic de bénéfices et le ralentissement plus important qu'attendu de la croissance économique chinoise, la plus grande fermeté de la Fed et le risque accru d'un Brexit dur. 

De façon générale :

  • Malgré des fondamentaux et un contexte technique bien orientés, la présence de risques pour notre scénario est avérée.
  • Nous continuons à surveiller l'évolution éventuelle des risques (géo)politiques et leur impact sur notre scénario de base pour les investissements. 

 

5. Conclusion

Les fondamentaux, clés de la performance à moyen terme du marché, restent bien orientés :

  • Le cycle des entreprises poursuit sa marche en avant.
  • Les bénéfices des entreprises continuent de croître et la valorisation des marchés d'actions reste relativement attrayante.
  • Notre rendement attendu à 1 an pour les actions est même plus proche d'un nombre à deux chiffres. 

Nous identifions différents déclencheurs potentiellement positifs pour la performance à court terme, malgré des facteurs de risque bien connus (guerre commerciale, fermeté de la Fed, dynamique des bénéfices et de l'économie, Italie, Brexit et ralentissement plus important de la croissance économique en Chine) :

  • Début de la saison de publication des résultats du troisième trimestre qui oblige les participants du marché à revenir aux fondamentaux.
  • Redémarrage du rachat d'actions dans les semaines à venir.
  • Les marchés d'actions sont proches de certains éléments clés.

De façon générale :

  • Nous sommes convaincus qu'aux niveaux actuels, le ratio risque/retour du marché d'actions est attractif et que nous allons assister à un rebond à court terme.
  • Dans ce contexte, et en tenant compte des niveaux de support technique et des déclencheurs fondamentaux, nous avons décidé d'augmenter légèrement notre exposition aux actions pour devenir surpondérés en actions (au lieu de neutre).