23 MAI

2017

Actions , Thèmes

Dissipation de la prime de risque politique, très bons indicateurs économiques

La zone euro est à ce jour le marché  le plus attractif.

Les indices PMI européens restent favorables aux actions européennes et le ratio des révisions positives contre révisions négatives est à son plus haut niveau sur plus de 5 ans.

Le rebond européen reste au cœur de notre tactique en favorisant les valeurs cycliques domestiques de la zone euro, et le marché semble se rallier à notre point de vue depuis les élections françaises, ce qui nous a amené à déjà prendre certains profits :

  • Le secteur de la santé reste surpondéré dans nos portefeuilles. Nous avions pris quelques bénéfices sur ce secteur le mois dernier, mais notre surpondération résiduelle semble porter ses fruits.
  • Nous avions une surpondération des banques de détail (au détriment des assureurs), qui ont été les premières bénéficiaires de la diminution du risque politique et des primes de risque y associées. Le mouvement pourrait continuer, ce qui nous amène à maintenir cet axe.
  • Certaines valeurs cycliques européennes, sont également surpondérées, comme les services aux consommateurs ; nous sommes cependant neutres envers l’industrie. Nous y retenons néanmoins quelques noms, comme Vinci, Siemens et Schneider, qui peuvent bénéficier d’une baisse de l’incertitude suite aux élections françaises et les bons chiffres macros de la zone euro.
  • Enfin, nous pensons que la technologie reste un bon investissement à moyen terme.
  • Nous restons prudents sur le secteur de l’énergie. Le prix de pétrole reste dans une certaine fourchette et dépend beaucoup de l’OPEP. À long terme, le secteur n’est pas rentable vis-à-vis de son coût de capital.
  • Nous restons à l’écart des télécommunications  et des services aux collectivités, qui devraient continuer à souffrir de l’évolution des taux.